?

Log in

Blood For Sale

Deconstruction

Name:
THE SUN BLEEDS LIKE A TORN RECTUM
Location:
External Services:
  • anatomicdemon@livejournal.com
To all my United Gypsies From The Garbage People ! The world don’t want us datz good cuz we don’t want it neither.
I Want to dedicate this diary diarrhoea to my mother and to her cunt, to D. living an endless dream, To the Brittany Claire on her Bike Thru the Ocean(Abracadabrit!), to the Mala Fea Brando, to Neal cassady thru death, to Allen ginsberg "America why is your libraries full of tears?" To jen and her Gothic Style, to Brian Molko, To Kori Ripping her clothes and eating trash in the streets, to her cat and her mother, to Sonia and her horses, to The Boobers,To Kaly, To Liam forcing his guts to shit, Pour Mickael mon gros pd, To Anna, to Audra, To Rose and The Luxembourg garden, to The lil teenie person Mandy B. , to The Tzipi Tankini Queen and all Da jewish People, to All my Indian Sinte Shindi Gypsy People all around the world,To Memory-in-her-boat-to-America and to All Da Boat People, To The Mongoloid Choumin, to Philippe, to Sarah ONI, to ONI, to Jessie (sorry i killed you), To DK, To Cheyenne Brando,To da Ashy-Parmentier, To Carmen,To Nath and da kayak people, To X, to The DX21 GOD, To Jesus Christ, To the K-ren Sweating in her Basement at night, To Prince Roger Nelson, to Tammy Da B., To Lynn DA H., to Henry Miller (holy is your voice in my head), to Krystal, To Camille, to Aurélie, to Gabriel Matzneff, to Nikki, to Da Peroxided Pest,To Michael and all the gay people, To Da mysterious Alice Jen, to Lee-Z, to William Burroughs,To Jack kerouac, To all my gypsy family, my blood, to "hollow" ma brothers and sisters (wherever the fuck you are), to all of those who shared my school days, to all the streets we have lived in, we have been built by, look now my blood is for sale.



L'entensité j'en ai bavé, pour rien parfois, juste parce que je me voyais souvent au bord de ma tombe me demandant ce que j'avais fait de tout cela, du Christ et des corps, des larmes dont je me lavais le visage, de la vie qu'il faut vivre, ici ou ailleurs, peu importe. La nuit j'en ai soupé, le visage levé vers le plafond, je n'en ai plus peur, je ne suis plus l'enfant qui s'effrayait du Diable, il avait autre chose à faire le Diable, je le sais aujourd'hui. Il ne fallait pas courrir dans les cimetières ni même parler. C'est bien l'affaire d'un croyant d'être à genoux. Et je l'ai vomi mon vin, d'une nuit à l'autre, souriant dans le sommeil de la vie humaine. Et j'en ai sorti des pilules dans la bouche des suicidés, à genoux dans la cuisine, sur le carrelage froid de la vie humaine. Et j'en ai gobé du poison, d'un jour à l'autre, dans la lumière blafarde des salles d'eau. Et j'ai marché loin, comme on s'échappe, dans la musique ou dans les trains, sur des lèvres tiédes ou dans l'ivresse de la vie humaine. Et j'ai compté mes jours comme les pauvres comptent leurs derniers centimes, sur les doigts d'une seule main et je te tuerai Jesus Christ si tu n'existes pas, sur les doigts d'une seule main. L'amour j'en ai fait des prunes, fourrant ma queue dans la cire vierge des coeurs humains et je suis mort dans le coeur de ma mère. Je l'ai respiré le visage douloureux de l'amour, son artére radiale, palpitante, que les razoirs frolent dans les vases obscures de la vie humaine, traversant les nuits brûlantes de la passion. Et je l'ai bercé le sommeil des porcs, le sommeil des brutes, et je l'ai cherché dans les potions pour n'avoir plus à vivre quand 5 minutes couvent les froides atteintes de la mort, quand juste réveillé il s'agit de tenir jusqu'au soir. Et de l'amour j'en ai vu les traces, j'en ai vu les mains, je m'y suis serré comme l'enfant au coeur de sa mère, o l'amour je l'ai visité, j'en ai fait des mots et des larmes, j'en ai fait couler de l'amour et j'en ai tourné des pages, il est venu ici où coule mon sang et il a fait l'éternité de quelques secondes, il a fait ses miracles d'eau bénite, et d'un visage aperçu un continent sans rivage. Et la mort j'en ai tremblé, comme elle tremble elle, petit corps d'enfant dans les jeux qui sombrent.



free website hit counter
aleister crowley, alexandre blok, alexandre pouchkine, alexis tolstoï, allen ginsberg, anna akhmatova, anthropology, antonin artaud, aristote, arthur schopenhauer, athanase feth-chinchine, babylone, balthus, barthes, bathes, bella akhmadoulina, billie holiday, boris pasternak, bourboulon, brion gysin, buddhism, camille claudel, carlos salomon, casanova, charles baudelaire, charlie parker, cheyenne brando, chinese syncretism, christina ricci, cioran, dietetic, dimitri mérejkovski, dreams, dylan thomas, egypt, electrocaine, empédocle, ethology, eva ionesco, federico garcia lorca, francesca woodman, gabriel derjavine, gabriel garcia marquez, gabriel matzneff, gisèle prassinos, greek, gregory corso, gurdjieff, gyorgy ligeti, hebrew, henri michaux, henry miller, hindouism, igor vovchanchin, irina ionesco, jack kerouac, jackson pollock, jacques rigaut, jean paul sartre, johannes eckhart, josef sima, joseph mandelstam, khachaturian, klimt, latin language, laurie anderson, led zeppelin, lermontov, les béatitudes, lord byron, louis ferdinand céline, ludwig van beethoven, luis bunuel, léonor fini, mandalas, marcel duchamp, marcel mauss, mare nostrum, maurice blanchot, max jacob, maxime gorki, metaphysic, michel lermontov, michel lomonossov, mozart, my blood, my dick, my mother, my skin, my sperm, mystagogy, nietzsche, nina simone, opium, organic mantras, ossip mandelstam, otis redding, otomi, ouspensky, pablo neruda, pablo picasso, paganini, papaver somniferum, pasolini, paul roux, philocaly, picabia, pills, pink floyd, placebo, pride, prince, radiohead, rainer maria rilke, remedios varo, rené crevel, rené daumal, requiem for a dream, richard ashcroft, roger caillois, roger gilbert-lecomte, roger vaillant, rozanov, russian writers, salvador dali, samuel beckett, seneque, serge essénine, serge gainsbourg, sexual suicide, shostakovitch, silence, sylvia plath, talvin singh, tangier, the dreamachine, the sea, the verve, théodore sologoub, trips, ufc, vladimir maïakovski, walt whitman, william burroughs, william carlos williams, wladimir kirilov

Statistics