THE SUN BLEEDS LIKE A TORN RECTUM (anatomicdemon) wrote,
THE SUN BLEEDS LIKE A TORN RECTUM
anatomicdemon

Au matin la tendresse

Les derniers mots de M. furent " Finis-toi au fond de moi" "Donne moi ton jus chaud" "Je meurs d'envie de jouir" c'est bien la seule chose, le sexe, pour quoi je l'ai vu avoir de l'enthousiasme. Jalouse aussi, à la plus haute dose, mais jalousie comme jugement de soi. On est jaloux quand on sait qu'on est soi-même d'une nature plus qu' inconstante. Après ça c'est dégradé en dégringolade, vraiment l'escalier du non retour, même pas à dire, médiocre. Sans regret cependant. Une bonne glissage pour résumer.
X. ensuite (je chonologise à la commodité) nous a convié à son pique-nique matudinale, dès le premier rayon. Et il y avait de quoi, même pour un régiment de crève la faim. Avec S. nous avons descendu quelques bouteilles de vin blanc, comme ça, au milieu des bois où le soleil percé. On s'est emporté avec méthode. F. s'est étalé subitement, ah oui bien soudain et a refusé de se relever, son genoux il a dit. Allons-y pour le genoux. On a fait genre. Bien commode en somme. Ensuite je suis allé chez H. avec S. boire un peu plus. Dacha a abandonné le navire, elle sentait l'eau trouble, le non finito. Alors du coup je suis parti chez S. il avait des invités, sympatiques d'ailleurs, on a bu du champagne. Vers 20 heures la soeur de Dacha est venu me chercher pour dîner ailleurs, ah bon ! Allons- y ! On devait passer chez J. avant chercher je ne sais plus quoi. Elle m'a dit, dans la voiture : "Tu bois pas là-bas ! On a pas le temps en plus..." Ah non ! Pas mon genre..." Je lui ai proposé d'aller ailleurs qu'au dîner se saouler. Elle a pas voulu, sérieuse, pas à dire. Chez J. j'ai accepté de boire un verre avec un sourire. Puis nous sommes allé au dîner où on nous attendait pour boire l'apéritif ! J'étais emporté mais juste ce qu'il faut, plus que potable. Après je sais plus trop, j'hésite.
La mer le lendemain, j'ai voulu marcher dans les vagues, je sentais plus mes pieds, même pas le plaisir du sable sous les pieds, rien, nada, trop froid. On a mangé, picoré en fait dans une sorte de cantine étrange où on sentait que ça avait bouffé par génération, par population entière. Puis le Casino où avec Dacha on s'est gentiment ruiné à faire des lignes de fruits. Il fallait partir on avait un dîner chez R. et F. Champagne, petits fours crématoires, gambas flambées, carbonade à la flamande, vin rouge très correct, Vodka et Irish Coffee. Pour le dessert je n'en mange jamais, je déteste le sucre. On a fait des paries, plein, pas tant que je sois fan mais H. mise de l'argent sur tout : "Quelle heure il est ?" hop un pari, "Tu préfères le ketchup ou la mayonnaise" hop un pari. Du coup Dacha a gagné de l'argent. Je ne mange jamais de mayonnaise, c'est vulgaire. H m'a montré des photos de sa petit amie Thaïlandaise et aussi de temples.
Le lendemain, la mer ! Zizi Coincoin et plages infinies. Le dernier album de Christophe est superbe. J'ai écouté les poémes de Fresnes de Robert Brasillach. Magnifique. Fusiller une telle poésie...
Je suis allé chez S. et B. j'ai apporté une Vodka sublime et 40 roses rouges. On a dîné de risoto, le même que nous avions mangé avec X. cet été, devant les arènes de Vérone.
J'ai pris le train, 10 heures de voyage, la routine. J'ai passé quelques jours chez M puis chez J. et E. elles sont lesbiennes et en couple avec je ne sais quoi d'une tendresse, d'une douceur qu'on ne retrouve pas souvent chez les couples hétéros. Je l'ai ai traité dans un excellent restaurant. On a fait les bars la nuit et on a prédit l'avenir. Tout cela très agréable. Je leur ai lu des pages du "Voyage au bout de la Nuit".
J'ai lu tout Céline en 3 semaines avec une passion féroce.
C'est bon je peux vivre encore puisqu'il est là, qu'il a lui aussi existé.
Voilà pour une semaine.
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

  • 8 comments
i thought about you today.
Katers!!! Send me a mail, tell me bout your life

Cette entrée donne soif !
 
oui c'est fou de boire comme ça.

Anonymous

April 21 2009, 03:58:05 UTC 7 years ago

Cher anatomicdemon,

J'aime bien venir lire votre livejournal mais il y a quelque chose qui me chiffone, car malgré votre tendance à raconter de manière honnête votre vie, ce point reste pour moi, simple lectrice, complètement obscur :

Comment faites-vous pour voyager autant, manger dans des restaurants, pour vivre à Paris ... bref, pour avoir autant d'argent, alors que je crois me souvenir que votre seule activité est l'écriture, et que vous n'avez pour l'instant pas (ou bien peu) publié ? Je suis un peu perdue lol

En tout cas continuez à écrire c'est un plaisir de vous lire!

Chris
Chere Chris,

Merci d'abord, ensuite pour vous répondre songez que je n'ai pas de femme, que des maitresses, ça coute moin cher. Je n'ai pas d'enfant, pas de maison donc pas de crédit (un appartement superbement décoré certes mais petit et que je loue) je n'ai pas de voiture et je ne vis plus à Paris etc bref rien de ce qui ruine les gens en général, sinon j'ai une avance d'éditeur et je suis rentier. Tout s'explique !

Mais enfin, je suis d'accord avec cette Chris, car la lecture de cette entrée m'a évoqué Marie Antoinette de Sofia Coppola.
Cessez donc vos dionysies, car c'est affamée et assoiffée que l'écriture gagne en noblesse! lol
Heureusement qu'il y a les tourments intérieurs !